Citations zen, Design de vie, Introduction à vivre zen, Livre Vivre Zen (Tome III), Techniques de design de vie

Ce que la psychologie zen signifie vraiment est que nous pouvons arrêter la souffrance maintenant.

Design de vie zen En inspirant je calme mon corps en expirant je souris citation thich nhat hanh zen signifie signification définition mamans zen philosophie zen psychologie zen

« C’est un moment merveilleux! » Photographie Design de vie zen

LORS D’UNE SOIRÉE GLACIALE, je pense que je veux monter sur mes grands chevaux et m’exprimer sur toute la folie dans le monde.

Comment nous nous mentons à nous-mêmes. Comment nous permettons à une société d’être de cette façon. Pourquoi nous encourageons toujours la cruauté à bien des niveaux, pour nous-mêmes, d’autres êtres vivants, nos enfants.

Quelle meilleure façon que de commencer 2014 avec cela pour que nous puissions tous travailler sur une solution? J’imagine un article où je dis tout ce qui est dans mon esprit. Mon image rebelle et juste se délecte.

Oh, ça causerait des ravages sur Facebook!

Mais je ne pense pas vraiment clair. Je n’ai pas bien dormi ces derniers temps car nous avons tous eu un gros rhume. Et j’ai appris mes leçons à sortir « de ma chaise berçante », je ne veux pas causer plus de souffrance.

Un éclair de sagesse me frappe. Je me rends compte que c’est assez simple. Que c’est bête, je me suis laissée attraper à nouveau.

La vérité: je suis souvent prise dans le Jeu de la vie.

Ensuite, cela me semble aussi ridicule que quelqu’un qui crie à son jeu vidéo, et quelqu’un veut juste lui dire, « hé, tu sais, c’est juste un jeu…  »

Mon moi intérieur, en paix, me dit: Viens à moi. Repose-toi. Tu sais, au fond de nous existe un bonheur perpétuel. Si vous pratiquez la méditation ou êtes spirituel, vous connaissez peut-être ce sentiment sain.

La félicité est vraiment l’essence du zen.

A tout moment, dans toutes les situations que j’ai vécues, je sais que je peux y retourner. Bien, ce n’est pas au loin, là-bas.

La félicité est toujours là.

Bien sûr, cela peut prendre beaucoup de pratique pour être en mesure de le faire à volonté. C’est pourquoi nous devons être assidus dans notre pratique.

Être zen est réalisable dans cette vie. Ce Jeu est joie, et souffrance, mais derrière celles-ci, en elles, est le bonheur. Nous pouvons mettre le Jeu sur pause à tout moment et savourer le bonheur. Et il nous permet d’apprécier le miracle de tout cela.

Maintenant, si vous avez besoin de vous calmer aussi, je laisse un expert nous y mener. Dans les mots du célèbre moine zen Thich Nhat Hanh:

« En inspirant je calme mon corps.

En expirant je souris.

En restant dans le moment présent,

Je sais que c’est un merveilleux moment ! »

Plus besoin de se laisser emporter, non? Je pense que la solution y est à l’intérieur; l’arrêt de la souffrance commence avec vivre et promouvoir le bonheur, l’amour, la paix.

Me rendant à la nuit glaciale, je reviens à la tête froide. Que la soirée est fabuleuse! La vie est merveilleuse, après tout.

Maintenant, nous avons à nous illuminer en elle.

Publicités
Par défaut
Boutique d'art Design de vie zen, Citations design de vie, Citations zen, Design de vie, Design de vie zen sur les médias sociaux, Livre Vivre Zen (Tome III), Parent professionnel, Photographie zen, Techniques de design de vie, Vie de rêve

Comment vivre une vie passionnée et zen

 

Design de vie zen image citation stephen king Lorsque vous trouvez quelque chose pour lequel vous êtes talentueux, vous le faites - quoique ce soit - Comment vivre une vie zen et passionnée

« Vous êtes talentueux », maintenant disponible sur la nouvelle boutique Design de vie zen Photographie

 

Je suis vivante et je m’amuse,

je pense en moi-même ces jours-ci. Plus je regarde à intégrer toutes mes passions dans une vie zen, et vivre avec passion aussi, plus je trouve que la clé est une vie équilibrée. Elle est synonyme de vivre une vie que j’aime beaucoup.

Voici ce que j’ai trouvé pour aider à vivre une vie passionnée…

 

1. L‘histoire derrière une vie passionnée

En 2009, je laisse une passion et poursuit celle-ci, l’écriture de blogs et de livres. C’est une merveilleuse aventure, où j’apprends beaucoup sur le bonheur et une vie zen.

Mais le paradoxe de ma vie, c’est qu’au milieu du paradigme d’une vie paisible Zen, J’AIME les arts martiaux—je suis la plupart du temps en paix avec cela, grâce à l’ouvrage When Buddhist Attacks (Quand les bouddhistes attaquent) qui me rappelle que c’est un jeu, où l’on peut pratiquer à être dans l’instant, et qu’à un niveau il n’y a pas de combat.

Cela avait été dans ma vie pendant environ 10 ans. J’ai aussi été une athlète toute ma vie, en commençant à skier avec mon père champion à 3 ans. J’ai même rencontré mon mari à un cours de Muay Thai (kickboxing).

Après un long et difficile entraînement de Muay Thai, je me sentais toujours énergisée, presque comme ramenée à la vie. J’ai pratiqué un mouvement comme un coup de pied pivotant arrière des milliers de fois, juste pour le défi et l’art. Ça c’est de l’amour.

Après mon combat d’arts martiaux mixtes, j’ai essayé de continuer mais j’étais blessée. J’ai donc décidé d’aller avec le courant (j’ai perdu par décision, même si elle était censée être en ma faveur) et de prendre soin de ma famille avec mes jumeaux âgés d’un an, et de me consacrer à l’écriture. Maintenant, j’écris tous les jours, et j’adore ça. Mais cette vieille passion des arts martiaux, qui a fait battre mon cœur plus fort, me tire par la jambe.

Je voulais vivre une vie plus simple en restant à la maison avec mes enfants, et maintenant, c’est ma vie (mon fils me fait craquer au moment d’écrire ces lignes). Mais je ne veux pas laisser mes passions, l’amour, glisser au loin. Je crois que nous avons tous des raisons d’être différentes dans le monde, et les passions sont leurs chemins.

Ces passions, qui sont vraiment de l’amour déguisé, cimentent les mosaïques de nos vies. Si nous ne les vivons pas, nous risquons de faner.

L’écrivaine couronnée Elizabeth Gilbert dit sans ambages,

«J’ai toujours cru qu’un talent que vous avez que vous n’êtes pas capable d’utiliser devient un fardeau, qu’il métastase».

Maintenant que mes blessures sont presque toutes guéries, je décide que je suis de retour aux arts martiaux. Je me sens complète et plus heureuse que jamais. Il y a eu des jours difficiles dans ma vie, et peut-être que d’autres sont à venir. Mais ce qui me motive, et me fait combattre respectueusement, c’est que je me sens chanceuse de vivre une vie passionnée avec mes êtres chers.

J’inclus quelques passions dans ma vie, autour des arts et soins de ma famille, mais seulement celles significatives pour avoir le temps de les développer et ne pas être submergée.

 

2. La science de la passion

Abraham Maslow a analysé les personnes les plus accomplies et a inspiré ce qu’on appelle aujourd’hui la psychologie positive. Il a identifié les besoins humains et a découvert que nous sommes appelés à répondre à nos besoins d’une manière passionnée, que de cette façon nous nous sentons plus équilibrée.

Il a également été constaté par le Dr Walter Bortz, professeur à l’Université de Stanford et auteur de Dare to Be 100, que les patients âgés qui étaient actifs avaient des vies plus épanouies et en meilleure santé que les patients qui ne l’étaient pas. Le cerveau, le cœur et les muscles ont besoin d’exercice, et la passion nous tient éveillé et nous pousse à continuer.

Alors, quand une passion vous tient éveillé la nuit, revenant en rampant sur vous, faisant battre votre cœur, ne la balayez pas sur le côté sans évaluer soigneusement si c’est un bon choix pour vous.

Je ne sais pas où mes passions vont me conduire. Je ne dessine plus d’objectifs à long terme. Je me sens chanceuse d’être en mesure de les vivre maintenant. Je suis ouverte à toutes les possibilités. Et je sais seulement que lorsque je les intègre dans une vie simple, une passion enflamme l’autre. Je suis plus heureuse quand ma vie est toutes-passions-incluses.

 

3. Comment pouvons-nous trouver une passion ou en renouveler une?

Il y a plusieurs façons de trouver ou renouveler vos passions. Voici une méthode rapide, en évaluant ces dimensions:

1. Intégralité. Nous pouvons regarder tous les aspects de nos vies et décider desquels nous sommes satisfaits, et lesquels nous voulons améliorer. Cela peut être la passion avec votre partenaire, vos enfants, la famille élargie et les amis, prendre bien soin de soi et des autres, votre routine, votre carrière ou vos passe-temps.

2. Absence. Que manque-t-il dans votre vie? Avez-vous un rêve que vous avez écarté mais qui vous ferait sentir entier? Avec une orientation Myers-Briggs (vous pouvez le découvrir votre type de personnalité ici et en savoir davantage ici), qui ne sont que des étiquettes mais peuvent aider, j’ai découvert que j’étais plus d’un type artiste. Vous pouvez identifier avec lui ce qui manque.

3. Méditation. Si vous méditez sur l’intégrité et l’absence dans votre vie, qu’est-ce que vous apprenez et savez?

Une fois que nous avons une idée de ce qui nous remue, on peut alors ajouter plus de piquante!

 

4. 10 conseils simples pour ajouter une passion dans votre vie

Ce qui suit s’applique principalement à une passion, mais on peut l’appliquer sur toutes les dimensions de vie pour vivre passionnément.

1. Simplifier. Dégager de l’espace pour votre nouvel intérêt ou garder la flamme vivante. Cela pourrait être de réduire de moitié les médias sociaux ou le temps de télévision. Faites-le. Faites-le. (Impossible de ne pas le faire.)

2. Planifier votre passion. Êtes-vous plus une personne matinale ou de soirée? J’ai découvert que je veux juste reporter toutes les passions en fin de soirée. Mais le matin, je suis prête à tout donner. Régler votre réveil au besoin. Comme je le dis dans mon premier livre sur les façons de commencer à faire ce que nous aimons, une habitude est formée en un mois. Ce que je fais pour m’assurer de ne pas agir seulement sur une impulsion est d’intégrer ma passion lentement au cours d’un mois, pour identifier comment la faire entrer dans mon emploi du temps et si je l’aime vraiment.

3. Ressentir de la gratitude. Nous avons la chance de pouvoir la faire. Profitez-en maintenant au lieu de reporter votre plaisir dans l’avenir.

4. Être un agent de bien. La philosophie Zen préconise de faire le bien, et je préfère chercher le bon dans chaque passion pour l’offrir au monde. Par exemple, la top boxeuse féminine Lucia Rijker, qui est aussi bouddhiste, utilise sa notoriété pour aider les gens à réaliser leur meilleur « soi ». Comment pouvez-vous aider les autres avec votre amour et vos talents?

5. Ne pas être attaché. Cela pourrait sembler contraire à ce que j’ai écrit. J’étais prête à lâcher ma passion des arts martiaux, et je suis consciente qu’il y aura un jour où je ne serai pas capable de la faire. Donc, je ne m’attache à elle, je pratique l’inéluctabilité de la mort comme la tradition Zen enseigne, mais en même temps je l’apprécie encore plus.

6. Être ouvert à toutes les possibilités. Quand une porte se ferme, en rechercher d’autres qui sont ouvertes. Allez au-delà du plongeon (the dip), où votre passion vous mène au-delà de ce qui est difficile vers de grandes places.

7. Relier les points significatifs. Regardez en arrière pour voir les sentiers où vos passions vous mènent. De cette façon, j’ai été amenée à la peinture. Je parlais beaucoup d’art avec ma mère, qui est une artiste, et elle continuait de m’envoyer des liens sur l’art d’inspiration. De retour d’une promenade dans les bois, j’avais le goût de peindre, et je suis en train de travailler lentement sur une collection Zen.

8. Embraser vos intérêts. Lisez, pensez, écrivez, parlez de votre passion ou faites-la tous les jours. Mon mari dit que je suis à la recherche d’un record du monde Guinness pour le nombre de pages Facebook que j’ai. Je commence une page ou un groupe sur certaines de mes passions, cela me garde motivée, mes ressources au même endroit, c’est plus facile que de commencer un site Web pour chaque (ou un test avant d’en lancer un), et cela peut aider et rassembler les gens.

9. Rester équilibré. Il est préférable de garder une quantité raisonnable de méditation, sommeil et repos d’autre part. Nous savons si nous nous ennuyons que peut-être nous avons besoin de plus de passion, et si nous sommes fatigués que nous pourrions trop en faire. Nous devons aussi garder du temps pour nos proches. Un état d’esprit équilibré, qui est appelé l’équanimité dans la philosophie Zen, aide aussi à rester tempéré.

10. Être courageux. Rêvez Grand, si vous voulez. Peut-être que notre hobby peut devenir une carrière, mais nous devons faire les premiers pas avec des ressources peut-être simples pour vivre le rêve. Tout est possible, a déclaré le célèbre moine Thich Nhat Hanh. Allez vivre la vie que vous avez imaginée, a dit Henri David Thoreau. Si quelqu’un d’autre l’a fait, il y a des chances que nous aussi le pouvons—il est humain tout comme nous. Si personne d’autre ne l’a accompli, nous pouvons nous épanouir à donner le meilleur de nous-mêmes.

Design de vie zen Image Citation Thich Nhat Hanh Parce que vous êtes en vie, tout est possible - Comment vivre une vie zen et passionnée

« Tout est possible », maintenant disponible sur la nouvelle boutique Design de vie zen Photographie

 

Ressources supplémentaires

Articles que j’ai écrit sur faire ce qu’on aime:

Démarrage d’un blog ou une page:

Certaines de mes pages et groupes Facebook:

 

Par défaut
Design de vie, Livre Parent à la maison zen, Techniques de design de vie

Comment vivre une journée difficile de manière zen

être zen une journée difficile

 

Un matin de semaine, une couche nuageuse grise annonce l’état d’âme de la maisonnée. Une amie, maman à la maison elle aussi, m’appelle et m’explique,

– « Ça ne marche pas à matin avec les enfants dans la maison. Ça vous tente d’aller au parc? »

– « Ok, je pense qu’on en a besoin. »

L’ouvrage de la journée, régler des paperasses entre répondre aux demandes des plus petits, peut attendre. L’excitation des petites personnes à l’intérieur est palpable, et une matinée d’activités à l’extérieur comme soupape est bienvenue. Nous décidons d’aller à notre parc préféré en espérant être entre deux averses dispersées.

Les amies mamans me confirment que leur journée est encore plus animée que la mienne. Je n’avais « que » quelques tensions à régler à la maison, et au parc, après avoir passé du temps de qualité avec mes enfants à faire des châteaux et des poussées de balançoire, puis déflagrer des crises dès qu’elles semblent se pointer, ils vaquent de leur côté à leurs occupations avec entrain. Pour mes compères, on dirait qu’une tempête se pointe à l’horizon tellement tout semble aller de travers. Les situations exténuantes se suivent et appellent toute leur énergie.

S’il y a une question qui revient souvent dans nos vies, lors de journées difficiles, c’est « Comment ça se fait que ça va aussi mal que ça!? » Chacun est différent pour régler ses conflits à la vie zen, et les situations sont toutes aussi différentes. Il n’y semble pas avoir de remède universel, sauf que pour moi quelques trucs sages s’en approchent.

La philosophie zen a pour base de vivre pleinement l’instant présent. D’une manière amer-sucrée, le seul moment qu’on peut vivre est maintenant—c’est une expérience unique de vie sur terre de rencontrer de la tension et des difficultés. En vivant avec présence d’esprit, on peut apprendre de sa souffrance (comme le moine bouddhiste Thich Nhat Hanh l’explique à Oprah Winfrey), et il peut y avoir du bonheur même dans les difficultés. Je ne tire pas de roche à personne, je suis aussi coupable de me laisser prendre dans les difficultés, mais c’est à nous d’avoir une éthique de ne pas se laisser emporter par les événements et de trouver le bonheur intérieur que nous avons perdu de vue un instant. Nous devons reculer notre vue de la situation pointue, ressentie comme une épine dans notre pied, et avoir à l’esprit la situation plus vaste du bien que nous faisons dans le monde avec nos actions, malgré les difficultés. Ce qui aide est de faire des clichés par l’esprit des rayons de bonheur autour de nous, comme être avec son enfant, les rires dans le drame, ou la compagnie apaisante de nos pairs.

être zen

Il faut se rappeler que tout passe. En plus que ce moment ne reviendra plus, qu’on doit le vivre sinon il nous échappe à jamais, ce moment n’est qu’évasif, comme la météo. Aujourd’hui, il fait « gris » et c’est difficile; un autre jour il fera « soleil » et ce sera la journée que nous chérirons en pensée lors de nos vieux jour (il faut aussi se rappeler que ce moment béni va passer et en profiter à fond). Cela ne sert à rien de se battre contre la météo des événements de notre vie, on peut seulement être mieux préparé à la vie réelle et mieux « caché » des intempéries. Aujourd’hui, laisser de la liberté à mes enfants tout en ayant une discipline aimante et éthique tient le cap du bien-être souhaité.

Des valeurs éthiques aident aussi à faire face aux temps durs. Nous pouvons faire appel à l’ouverture d’esprit pour voir la situation en face et trouver des solutions, ou la compassion pour aider autrui, écouter, et se mettre à leur place. J’essaie d’aider quand je peux, les situations de la vie quotidienne en sont remplies. Au parc, occuper un enfant, ou rendre un service pour améliorer une situation se fait bien. Le bouddhisme affirme qu’il y a quatre grandes qualités nobles de l’esprit, qu’on peut utiliser en vitesse lorsqu’on se retrouve dans une situation cul-de-sac :

  1. L’aimante-gentillesse et l’amicalité
  2. La compassion et l’empathie
  3. La joie et la réjouissance
  4. L’équanimité (sérénité) et la paix de l’esprit

Finalement, être proactif aide aussi les situations difficiles. Nous pouvons revoir comment nous avons réagis et trouver une tactique pour faire mieux la prochaine fois qu’une situation similaire se présente. Mieux se connaître par la méditation, et la méditation pour trouver sa balance intérieure, aident aussi. Je sais par exemple qu’en début de soirée, qui coïncide avec les repas et la routine du soir pour les enfants, c’est l’heure la plus « difficile » chez nous. Nous sommes fatigués de la journée. Je prévois donc une pause, comme me coucher sur le divan pour me reposer ou une méditation minute avec des exercices de respirations, avant de faire l’heure du coucher, et j’ai plus de patience (et de fun!) Nous pouvons chercher des solutions à nos problèmes à tête reposée, une fois que nous avons vécu nos émotions. Est-ce que les gens autour de nous, ou nous-mêmes, avons nos besoin de base répondus? Si oui, plus de stress. On peut réfléchir en solitaire ou en bonne compagnie des solutions à nos problèmes.

Ce n’est pas toujours évident de rester zen dans une situation difficile, mais en y cherchant des trésors de sagesse pour évoluer, nous devenons comme d’admirables diamants polis par le feu de la vie quotidienne.

 

Par défaut
Design de vie, Livre Parent à la maison zen, Parent professionnel, Série sur le design de vie, Techniques de design de vie, Vie de rêve

Pourquoi vivre zen au quotidien

vivre zen au quotidien - design de vie zen

Pendant que le meurtre, le harcèlement, l’exploitation et le scandale font régulièrement les nouvelles, quand des milliers d’enfants reçoivent les soins et l’affection de leurs mères chaque jour ce n’est pas reporté car nous le prenons pour acquis. Nous pouvons être sujets à des émotions négatives, mais c’est possible de les garder sous contrôle, de cultiver un sens d’hygiène émotionnel, sur la base de valeurs humaines qui sont ancrées dans cette affection—ce que j’appelle de l’éthique séculière.

Dalai Lama, profil Facebook du 20 juin 2013

 

Sortie du sommeil, je me réveille ce matin dans les bras de mon amoureux, un soleil chaud, de l’éphémère été du Québec, nous chatouillant. Fidèle à une habitude adoptée depuis quelques années, je reste allongée, calme, à méditer, autant avec mes pensées qu’en les éclipsant, pour seulement « être ».

Après avoir passé d’agréables instants à méditer, toute zen, je sors sur le patio lire un livre zen. C’est qu’après des années de recherche sur le bonheur, vivre zen a réponse à un besoin existentialiste, que je ressens au cœur de mon être et qui m’attire jour après jour, mon besoin de vivre heureuse et consciente dans la vie quotidienne-et d’aider autrui à en faire autant.

vivre zen quotidien

Ce matin, un jour de semaine ordinaire, je le vis de manière hors de l’ordinaire. Non pas qu’il est hors du commun, mais que je le vis pleinement ici et maintenant, le seul moment avec lequel on serait en contact. La mélodie enchanteresse des oiseaux, la caresse des rayons de lumière, l’humide rosée effleurant ma peau en s’évaporant, le rythme de ma respiration, je les vis avec passion, moment après moment. Avec la philosophie zen, j’apprends à inclure ce que je connais de l’Univers, en savourant ses illusions et ses miracles, dont la vie quotidienne de famille. Avec la philosophie zen, je sais que quoiqu’il se passe, je peux être heureuse ici et maintenant.

La philosophie bouddhiste zen est développée depuis des millénaires. Elle n’est pas considérée une religion à sa base, malgré que des croyances s’y sont greffées. La question d’un Dieu n’est pas abordée, et Bouddha, le guide de cette aventure, encourageait à n’adopter ce qui semble vrai dans la vie du pratiquant.

Un des préceptes est de vivre conscient, soit de bien vivre l’instant présent-dont sa technique principale pour l’atteindre, la méditation, nous est parvenue en Occident. Une fois bien compris par cette technique comment y arriver, nous pouvons l’appliquer partout dans la vie quotidienne. C’est ce que j’ai décidé de faire pour vivre une vie de famille zen, et je l’inclus sous forme d’habitude à chaque jour.

Un autre précepte est que les sources de notre souffrance sont notre égo et nos attachements. Notre réalité personnelle et collective, comme nos possessions, nos pensées, nos émotions, notre « persona », ou encore nos envies, existent de manière illusoire; un concept que la société occidentale comprend avec les atomes de la science sous l’apparente réalité, et même explique en image dans les films comme La Matrice—ce que nous percevons de la réalité, des signaux et de l’énergie, nous la réinterprétons en projections, en fantaisies, en monde virtuel. Notre attachement à ce monde chimérique nous crée de la souffrance et éclipse notre état latent heureux.

La philosophie zen explique et démontre qu’à tout moment, on peut atteindre par réflexions, conscience et méditation notre état de grâce. Notre bonheur ne dépend pas de l’extérieur. Notre bonheur est non seulement inné, mais intérieur et permanent, accessible en tout temps. Souvent nous ne le percevons pas, car les nuages de nos émotions le cachent par exemple, mais à si nous nous efforçons d’aller plus haut, il est là, brillant et chaleureux.

Je vois la vie quotidienne, et pour moi la vie familiale qui s’amorce aujourd’hui lorsque mes deux garçons de 4 ans sortent des limbes, comme une retraite spirituelle. Elle nous efforce à travailler sur nous. Si nous sommes inclinés à le faire, nous pouvons ressortir de l’aventure plus conscient et heureux, tel un phœnix qui sort du sommeil, consume ses illusions, et en ressort indépendant, éveillé et plein de compassion.

Cette vie quotidienne est aussi un privilège. Nous avons un rôle important et primordial pour participer au miracle de la vie et de la conscience. Car à l’abri dans nos soins quotidiens se dressent nos enfants, ou d’autres êtres chers. Nous avons notre aventure spirituelle et la leur précieusement au creux des bras. Rappelons-nous d’y œuvrer chaque matin en se levant, jusqu’au coucher, à travers les événements, les efforts, les coups « foireux », les rires et les larmes. Derrière les apparences, les crises, ou les bons moments, nous sommes des êtres spirituels. Rappelons-nous que nous sommes tous un soleil, faisons-le sortir et briller pour et chez chacun des membres de notre quotidien, pour plus de bonheur chaque jour dans nos sociétés.

Note: Je blogue maintenant aussi sur un site collectif de mamans blogueuses, Mamans Zen. Si vous êtes parent (ou futur parent), au plaisir de vous y voir!

 

Par défaut
Citations design de vie, Design de vie, Livre Faites ce que vous aimez (Tome I de la trilogie), Techniques de design de vie, Vie de rêve

«Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, est-ce que je voudrais faire ce que je m’apprête à faire aujourd’hui ?»

Le premier livre de la trilogie, Faites ce que vous aimez, est maintenant en cours de traduction et sera publié au fur et à mesure sur le blog pour vous aider à vivre vos passions.

Une des choses les plus tragiques que je connaisse de la nature humaine, c’est que nous avons tous tendance à remettre de vivre. Nous rêvons tous d’une roseraie magique à l’horizon—au lieu de profiter des roses qui s’épanouissent sous notre fenêtre aujourd’hui.

– Dale Carnegie

Le célèbre visionnaire d’Apple Steve Jobs a partagé, avant de mourir, ses conseils de vie lors d’un discours d’ouverture de l’Université de Stanford. Ses conseils ajustent le regard sur uniquement faire ce qu’on aime à travers sa vie. Cette présentation envoûte la communauté et la vidéo est encore parmi les plus populaires à ce jour.

À l’aube, jour après jour, Steve Jobs se regarde dans le miroir. Plutôt que de seulement vérifier s’il est présentable comme le font la plupart d’entre nous à la sortie du lit, il se confronte, «Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, est-ce que je voudrais faire ce que je m’apprête à faire aujourd’hui ?» Si la réponse est négative pendant quelques jours de suite, il sait qu’il doit changer son quotidien. Plutôt que de rester coincé dans la routine, il sait que chaque journée qui éclos est pleine de possibilités d’épanouissement et de merveilles.

 

Son histoire fascinante démontre que nous pouvons pouvez réussir à ne faire que ce que nous aimons. Nous devons le remercier d’avoir partagée cette découverte. Pour marcher dans les pas de ce géant, peut-être que comme moi, vous allez aussi maintenant adopter son rituel matinal quotidien pour accomplir de grandes choses que vous adorez.

Son histoire souligne également avec sa mort prématurée l’importance du moment présent pour faire ce que nous aimons et de laisser notre héritage, car un jour, nous allons tous quitter cette Terre. La vie peut se terminer à tout instant et nous nous devons de sentir les roses de la vie pendant qu’on le peut encore, et de laisser sur notre passage des paysages grandioses.

Je garde cela en mémoire, et peut-être devriez-vous le faire aussi, pour aborder la façon de choisir un mode de vie parfait pour soi. Une fois que je sais ce secret, ou plutôt il semble que je me rappelle cette vérité simple car les enfants savent comment être heureux dans le moment présent, cela change ma vision de la vie. Cette découverte lumineuse m’éblouie après des années de rêverie, de planification et d’essais de faire arriver mon avenir comme je le veux, de vivre pour un autre moment, le regard incrédule de laisser quelque chose de si fondamental m’échapper. L’avenir n’est pas où le bonheur se situe—qui sait si nous nous rendrons à ce moment?

Ces lettres sont maintenant tatouées sur mon avant-bras pour ancrer où le bonheur est désormais (où a toujours été): juste être, ici, maintenant, heureuse d’être. Notre vie de rêve n’est ni dans l’avenir flou, ni dans un passé même heureux, car elle n’a pas de réalité concrète dans ces moments illusoires. Notre vie de rêve est ici, possible en ce moment. Elle est rendue possible maintenant par le choix d’expérimenter le monde, comme le choix d’être tout simplement heureux dans le courant de la vie ou de souffrir à contre-courant.

Cela ébranle notre pensée moderne, inspirée par la notion du Rêve américain, que nous devons attraper ce moqueur fuyant qu’on appelle le bonheur. Il n’y a pas de « poursuite » du bonheur; comme le dit le bouddhisme, il est toujours en nous. Henry David Thoreau explique, «Vous devez vivre dans le présent, vous lancer sur chaque vague, trouver votre éternité dans chaque instant. Les fous se tiennent sur leur île d’opportunités et regardent vers une autre terre. Il n’y a pas d’autre terre, il n’y a pas d’autre vie que celle-ci».

Jour après jour, dans nos sociétés modernes, nous avons la sensation de ne pas avoir de temps ou que de faire ce qu’on aime quotidiennement est une utopie. Nous bourdonnons d’activités dans une course folle; nous nous créons des obligations de survie, respect des normes social, de nécessité de transport, d’achat, d’avancement de projets, ou de ménage de nos possessions. Nous sommes tellement occupés, presqu’artificiellement, tout en rêvant d’un avenir meilleur, que nous oublions que c’est maintenant où tout se passe. Nous oublions de nous dire « Stop! », d’avoir un face-à-face honnête, et de nous rendre compte que nous avons le choix maintenant d’être heureux. Maintenant est le temps de faire ce que nous aimons. Plusieurs grands de ce monde nous l’ont démontré, à nous de prendre nos responsabilités et d’y arriver.

Quelle est la différence entre quelqu’un qui a le meilleur temps de sa vie, et quelqu’un à qui cela lui échappe? L’appréciation du présent, des fleurs embaumant sous son nez. À partir de cela il y a divers degrés de bonheur, comme aimer davantage notre carrière et nos relations, ou d’approfondir nos passions. La notion de degrés n’est de ne pas d’avoir plus, d’activités, de matériel ou de personnes, dans notre existence, ni que nous ne pouvons atteindre les premiers niveaux enivrants tout de suite. Je trouve que plus que nous sommes prêts à laisser aller de notre attachement à une destinée matérialiste ou future, plus nous sommes heureux. Le bonheur voyage sur un chemin d’amour, de simplicité et d’éternité; il est un moment présent perpétuel. Le plus purement nous nous engageons à faire ce que nous aimons, plus il y aura des degrés avancés d’amour dans notre mode de vie. Par conséquent, nous devons commencer ici et maintenant à aimer notre vie avec passion. Êtes-vous prêt à y œuvrer aussi?

Par défaut
Design de vie, Livre L'aventure de vivre zen (Tome II), Série sur le design de vie, Techniques de design de vie

Nécessaire de design de vie (partie 4 de 4)

 

Dernière partie de la série d’articles sur le nécessaire de design de vie, pour commencer ou poursuivre notre vision de rêve. Elle provient du livre blogué Design de vie : une femme explore comment faire ce que l’on aime de sa vie

Articles précédents:

Nécessaire de design de vie (partie 1 de 4)

Nécessaire de design de vie (partie 2 de 4)

Nécessaire de design de vie (partie 3 de 4)

design de vie necessaire henry david thoreau

La vie m’a enseignée au moins une chose : si quelqu’un avance avec confiance en direction de ses rêves et qu’il s’efforce de mener l’existence qu’il a imaginée, il jouira d’une réussite hors du commun. 

-Henry David Thoreau

Un dernier tour d’horizon sur l’équipement à amener en voyage, sur les techniques de réalisation de nos besoins et désirs, avant de nous lancer et s’attaquer à mon nouvel équipement préféré, les habitudes.

Pour aller droit aux buts, on devrait se demander ce qui attirerait le plus les conditions de succès de nos besoins et désirs. Quel est l’équipement de base dont on a besoin pour vivre notre vie de rêve? Pour être un excellent parent, je dois avoir entres autres du temps à consacrer à mes enfants, mon conjoint, même moi-même, des connaissances adéquates sur le sujet, et de l’amour, de la patience, et plus. Certaines de ces habiletés sont travaillées sur le terrain à chaque jour, mais pour les autres, je pense lire une pile de livres pour me perfectionner—mon moyen préféré pour « downloader » de l’information parfois plus rapidement. Pour devenir une écrivaine publiée, au minimum, cela me prend un équipement de base pour écrire et un site internet pour publier, en plus de mon coffre d’outils d’écriture que je perfectionne quotidiennement—et  une autre montagne de livres par ici (électroniques le plus possible, laissant vivre mes amis les arbres). En chemin, on peut s’équiper encore plus, trouver du support, être efficient et faire plus avec moins, puis ne pas quitter des yeux notre cap. Je suis déjà partie vers mes sommets à gravir, alors je vais trouver ce qui me manque en chemin.

Faire le tour de nos besoins et de nos désirs nous aide donc à tracer notre carte vers nos buts. J’aime y aller avec les questions connues dans le domaine journalistique, pour chacun des domaines (carrière, spiritualité, relations, capital, temps personnel, entraide, foyer, alimentation, santé, environnement, psychologie, contribution sociale) : Qui, Quoi, Quand, Où, Comment, Pourquoi? À ce stade pour le domaine de ma carrière, un domaine important dans nos sociétés, je veux être heureuse, me réaliser et aider les autres à se réaliser, tout en faisant de nos sociétés une meilleure place où vivre (Pour le Qui et Pourquoi, la réponse est un Nous épanoui). À la croisée de mes talents, des besoins d’autrui et de la demande. J’ai défini mon super talent humain, ce pour quoi je suis douée et à quoi je veux me consacrer, une partie difficile à trouver et stimulante à la fois. C’est l’écriture : j’aime et j’ai besoin de partager mes recherches, l’état actuel démontre que beaucoup de gens ont besoin de conseils de design de vie, et il y a une demande et une grande opportunité dans le domaine du livre, les ventes de livres électroniques ayant même dépassées celles des éditions papier chez Amazon. J’aimerais aussi agrandir le domaine de mes créations et créer d’autres produits artistiques, comme des vêtements et bijoux avec des logos inspirants, jouer et écrire pour un band, ou même participer à faire des bricolages avec mes enfants et me graisser les mains de peinture—quoique ça finit toujours par arriver en nettoyant (le Quoi est le domaine artistique et de développement personnel). Je veux vivre une vie épanouie et zen dès maintenant (le Quand) puis être à l’affût des opportunités dans le futur. J’ai besoin d’une grande flexibilité pour être présente pour ma famille et passer une vie équilibrée entre travail et repos; travailler de la maison convient bien à l’introvertie que je suis (si vous l’êtes aussi, ce livre anglais est un outil utile Quiet: The Power of Introverts in a World That Can’t Stop Talking), et je veux être en mesure de travailler de n’importe où dans le monde pour pouvoir voyager, donc utiliser le web pour travailler en partenariat et être en relation est approprié (le Où et Comment). Même si on peine 5 minutes à faire le tour de nos désirs, c’est un des 5 minutes les mieux investis de notre existence.

Pour terminer la préparation dans la poursuite de notre voyage à vivre sa vie de rêve, nous pourrions considérer le support et s’engager à fond dans notre design. Pour l’engagement, je vais y arriver par le biais de mettre en place des habitudes. Pour le support, je m’entoure encore mieux de gens qui me respectent, me soutiennent, et je veux rechercher sur le sujet ainsi que sur la vie des gens qui ont réussi.

Nous sommes tous en train de vivre la magie de la vie, même si elle est pleine de paradoxe. La vie déçoit et la vie est dure, parfois. Mais elle est extraordinaire aussi, on doit se l’avouer. Je ne prétends pas connaître tous ses mystères. Néanmoins, j’ai l’intention de la vivre pleinement, la tête la première, le cœur sur l’épaule (comme l’indique un tatou). Je sais que je ne suis que décente à certaines activités, mais je suis assez bonne à trois : en sports, à être une personne de famille, et en arts (principalement l’écriture). Je ne sais pas à laquelle je suis le plus douée, mais est-ce que c’est important? Nous devrions faire sens de comment vivre ce que nous aimons, et laisser cet amour en héritage, pour être un instrument de bien avec nos habiletés. Si Steve Jobs a dit vrai, et il avait de la sagesse, on ne pourrait connecter les points de notre vie qu’en regardant en arrière, en faisant un retour sur le passé. Quand mon temps touchera à sa fin, je veux m’apercevoir que j’ai eu une vie fantastique et bien vécue, peu importe ce qu’elle m’a apportée dans mon assiette.

Qu’en est-il pour vous? On s’élance?

J’aurai au moins appris cela grâce à l’expérience : si quelqu’un avance en toute confiance dans la direction de ses rêves et s’efforce de mener la vie qu’il a imaginée, il rencontrera un succès auquel il ne se serait pas attendu aux heures ordinaires. Il laissera des choses derrière lui, franchira une frontière invisible. De nouvelles lois universelles et plus libérales commenceront à s’établir d’elles- mêmes autour de lui et en lui. Ou bien les anciennes lois seront améliorées et interprétées en sa faveur dans un sens plus libéral – il vivra alors à un niveau plus élevé de l’existence. Plus il simplifiera sa vie, moins les lois de l’univers lui paraitront complexes.

– Henry David Thoreau

 

Par défaut
Citations design de vie, Design de vie, Livre L'aventure de vivre zen (Tome II), Série sur le design de vie, Techniques de design de vie, Vie de rêve

Nécessaire de design de vie (partie 3 de 4)

La troisième partie de la série d’articles sur le nécessaire de design de vie, pour commencer ou poursuivre notre vision de rêve. Elle provient du livre blogué Design de vie : une femme explore comment faire ce que l’on aime de sa vie

Articles précédents:

Nécessaire de design de vie (partie 1 de 4)

Nécessaire de design de vie (partie 2 de 4)

Sommes-nous heureux de notre vie familière, et répondons-nous à nos besoins et désirs?

Dans vingt ans vous serez plus déçus par les choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez. – Mark Twain

Il est un fait qu’un Koi qui est laissé dans un petit aquarium et n’est pas suffisamment nourri ne grandit que de quelques pouces, alors que dans un immense bassin, nourri à souhait, il peut atteindre quelques pieds. Cela fait réfléchir sur notre vie : à rester dans un univers familier, est-ce que je réalise vraiment mon potentiel? À l’opposé, pourquoi ne pourrait-on pas se réaliser en se contentant de peu, à l’instar de ceux qui ont fait vœux de pauvreté et aident généreusement? À chacun d’étudier ces questions, hors de ce que la société nous impose, et je les contemple en décidant vers quel cap de vie je me dirige. Je garde près mes priorités, l’amour, le bien-être et l’art, telle des planètes évoluant autour de moi, nécessaires à mon système solaire.

Une fois décidé sur notre direction, pour ne pas perdre notre rêve de vue, il est bon de se faire une carte, ou des buts visualisés qui en même temps soutiennent l’inspiration et les habitudes. J’ai décidé d’employer à nouveau une méthode qui a fait ses preuves et qui m’a aidée dans le passé, soit pour gagner des médailles en natation, avoir ma grossesse difficile de jumeaux à terme, et autres évènements positifs de ma vie : la visualisation.

La méthode a été popularisée par Dr Carl Simonton pour guérir des patients de cancer. Elle démontre que ce que l’on imagine peut arriver, guérir des cancers, et que l’on peut même l’utiliser pour s’améliorer au même rythme qu’en pratiquant des activités, comme au basketball. Il me semble y avoir une part de mythe dans la pop psychologie, peut-être qu’imaginer gagner des millions à la loterie ne se réalisera pas, mais j’aime tout de même mettre les cartes de mon côté – plus la vision de ma vie idéale est claire, plus je sais sur quoi mettre mes efforts pour la réaliser.

Dernièrement, je suis allée visiter un domaine naturel de chalets en bois rond, D’abord, pour me visualiser y vivre un jour, avec tous les sens. Je ne suis pas très matérialiste, même que je me fais reprocher de ne pas m’attacher aux choses. Un château de multiples bâtiments avec une flotte de véhicules hyper chers, ce ne sont pas mes rêves! Je préfère l’intimité, dans la nature, dans une petite maison écologique cute, comme outils pour bien vivre.

Un de mes rêves à réaliser serait de vivre dans un petit chalet en bois rond dans un intime secteur boisé, avec vue sur un lac, et y voir ma famille s’y épanouir aussi. Je me vois, un bel après-midi d’été, écrire les pieds dans l’eau chaude et limpide, pendant que les enfants font du pédalo avec leur père. Pour y arriver, j’ai mis une image de fond d’écran de la vue sur le lac d’un des chalets. Mais pour pousser la réalité à créer plus loin, je me suis créé un montage photo, que je mets comme fond d’écran (mais on peut aussi le faire en poster, ou sur le média social Pinterest), avec tous mes rêves à réaliser en ce moment. Comme finale, la mention « Tout cela, ou mieux ». Je le vois à chaque jour. Non pas que je ne suis pas heureuse maintenant, ou  que je serais malheureuse si je ne le réalisais pas, mais ça serait plaisant et c’est un rêve commun avec mon copain d’avoir un chalet. Je me rappelle de beaux étés au Lac St-Jean, un des gros lacs de la province de Québec, pendant toute mon enfance, et j’aimerais que l’on continue à faire quelque chose de semblable. Je ne veux pas m’attacher au futur, mais c’est un fait que le futur pourra être fait de plusieurs de nos intentions présentes, et ça me rend contente d’avoir cette vision à chaque jour. Des images que j’ai en tête : rire devant un feu avec des amis aussi établis sur ce domaine, la construction d’une cabane dans un arbre, des heures de randonnées pédestres rencontrant des cerfs, lièvres et renards, se laisser à la dérive sur un canot pneumatique au soleil, un hiver fait de glissades et de lectures devant le foyer dans une maison qui sent bon le pin (et le pain maison!) J’amène peu à peu ce rêve dans la réalité, et je travaille à trouver (je mets aussi mon subconscient sur le coup) une méthode pour l’atteindre. Je suggère de faire la liste de vos buts, de les mettre dans la réalité sur une carte, un film ou un autre média de votre choix, puis à commencer à faire les démarches pour les amener à votre réalité.

Mais rêver n’est pas tout, il faut apprécier le présent et ne pas vivre perdu la tête dans les nuages. Gandhi m’inspire; j’ai beaucoup de sa sagesse en tête, dont « Si chacun ne conservait que ce dont il a besoin, nul ne manquerait de rien, et chacun se contenterait de ce qu’il a. » Je trouve que la façon la plus sensée de vivre ma vie est de répondre à mes besoins, puis mes désirs (mes rêves). De participer, d’aimer ce que je fais et de me diriger vers les buts que je désire, ensuite. Parce que le futur n’est jamais certain, et tenter de le cristalliser avec des plans fixes peut nous faire perdre notre temps et passer à côté de l’essentiel. Si je sacrifie tout mes besoins pour un rêve, et qu’il ne se réalise pas, ma vie pourrait sembler tragique… De cette manière, m’endetter pour acheter un chalet en bois rond n’est pas un besoin. Réaliser ce rêve est un désir; ça serait plaisant, mais ma maison actuelle me convient pour le moment – cela aide d’avoir de la gratitude pour notre vie privilégiée, quand plusieurs rêveraient de ce que l’on a. Ce désir, je l’amène doucement dans ma réalité tout en vivant consciencieusement.

Il n’est pas toujours facile de distinguer entre un besoin et un désir. J’ai le besoin de m’accomplir, et d’aider les gens à le faire aussi, tout en utilisant mon côté sensible; j’y arrive en élevant des enfants épanouis et avec l’écriture. Un de mes désirs est d’écrire une centaine de livres, dont des best-sellers. Il y a un monde entre mes besoins et mes désirs, et franchement, seulement répondre à mes besoins, à ceux de ma famille et être une inspiration pour aider aux besoins des autres suffit. Être une auteure à succès me semble génial, et j’y travaille à chaque jour, mais ce qui me comble vraiment est de répondre à tous mes besoins, celui de faire de l’art, manger à ma faim et d’être près de ma famille par exemple. Je pourrais placer mes enfants à la garderie, publier plus de produits et écrire mes livres plus rapidement, mais je manquerais à ma famille, et j’aurais une moins bonne qualité de vie – il faut évaluer ce qu’on l’on sacrifie. Je passerais à côté de l’essentiel, et ironiquement, de ma vie de rêve. Je vis une vie de rêve, maintenant. Je veux donc répondre aux besoins essentiels, savourez le présent, humer l’air, puis viser les sommets de mes désirs en parallèle avec une mission noble en me disant : « Je vais aller dans cette direction, voir si c’est bien. Vu d’ici, cela pourrait être intéressant! » De cette manière, je suis comblée, et je prépare les conditions de succès pour mes désirs. Confucius à bien réfléchi sur ce propos : « Tous les hommes pensent que le bonheur se trouve au sommet de la montagne, alors qu’il réside dans la façon de la gravir. »

Il y a aussi qu’on peut être doué pour forcer les désirs à se réaliser, mais en faisant fit des circonstances, on peut se tirer dans le pied et être mal barré pour vivre sa vie de rêve – c’est une des mes leçons de vie de ne pas forcer les choses. Laissant l’explication divine ou qu’il y ait un destin de côté pour le moment, il semble y avoir dans notre univers du vrai dans le dicton « Il y a un temps pour toute chose. »

Parfois, il faut contourner un obstacle ou l’escalader. Mais plus on reste longtemps en chemin, que l’on s’assure qu’il nous rend heureux dès le départ en répondant à nos besoins essentiels, en gardant nos priorités à vue, et plus que l’on se prépare et que l’on croit à nos rêves, plus on a de chances de rencontrer des circonstances favorables pour réaliser nos désirs.

 

Par défaut