Design de vie, Livre L'aventure de vivre zen (Tome II), Série sur le design de vie, Techniques de design de vie, Vie de rêve

Nécessaire de design de vie (partie 2 de 4)

La deuxième partie de la série d’articles sur le nécessaire de design de vie, pour commencer ou poursuivre notre vision de rêve.

Article précédent: Nécessaire de design de vie (partie 1 de 4)

design de vie

 

Un homme même seul au départ, s’il donne chaque jour son coup de pioche dans la même direction, sans se laisser distraire ou détourner, si chaque jour il poursuit son effort, chaque jour, sans en manquer un seul, les yeux fixés sur une unique étoile, s’il donne chaque jour son coup de pioche, même si le terrain est de roc ou d’argile, il finit toujours par ouvrir un chemin… 

 Raoul Follereau

 

Je pars en voyage, donc je m’assure d’avoir tout l’équipement physique nécessaire, ou les capitaux. Il y a ce capital qui semble insaisissable, le temps. Un dicton dit que nous avons autant de temps dans une journée que tous les grands de ce monde qui ont accomplis des merveilles. D’accord, mais on peut s’égarer en gérant mal son temps, en abusant du bon temps ce qui empêche de s’accomplir, ou se le faire siphonner par des réunions interminables ou des « obligations ». Si je me respecte, j’ai autant le droit que n’importe qui d’utiliser mon temps, et mes ressources, selon mes besoins et mes envies. Pour avoir plus de temps, j’ai simplifié mes besoins avec divers principes : le minimalisme, ou simplicité volontaire, la loi de Parkinson, la théorie de la relativité, et quelques autres décrits plus bas.

Le minimalisme est un retour à la base, qui aide à l’étape précédente de réduire ce que l’on n’aime plus, et à bien balancer ses intérêts. La majorité de mon temps sert à passer du temps en famille et entre amis, lire, jouer de la guitare, bouger, et écrire. En ayant un strict minimum d’intérêts, qui couvrent bien tous mes besoins, j’ai le temps de m’accomplir et bien être présent pour chaque. Tout dépendant de notre profil de personnalité (j’ai un profil artiste, semble-t-il), on peut choisir des passions qui combinent nos besoins et intérêts (comme des arts martiaux, qui recoupent les besoins d’activité physique et d’art, et des créations artistiques, pour les besoins d’accomplissement et de transcendance).

Il arrive qu’on ait un moment de faiblesse, où on se sent démotivé ou on se fait attaquer sur notre façon de vivre notre vie, et qu’on ait le goût de revenir en arrière à ce qui est familier (mais peut-être détesté). Cependant, choisir la simplicité volontaire ne veut pas dire être simpliste, choisir la facilité et sacrifier nos rêves à l’autel d’une vie sans couleur. Ne pas vivre ses passions ôte de la saveur à la vie. La vie devient fade, elle semble se décliner en tons de gris, et on oublie notre enthousiasme, un élément important de réussite. Il y a quelques semaines, ayant de la difficulté à vivre une vie balancée, je m’entends dire au téléphone à ma mère : « Je ne sais pas si je vais continuer d’écrire pour le moment. Avec les enfants, j’ai l’impression d’avoir deux emplois et pédaler dans toutes les directions! » Un peu plus tard, je me reprends – il est vrai qu’avoir un blog, et de vouloir tenir sa parole devant les lecteurs, force à s’accrocher aux morceaux de rêves (tenir sa parole, et rester intègre, est une vertu qui peut nous aider. Avez-vous déclaré à quelqu’un vos rêves? Déclarer son intention nous fait nous engager). Non, je prends cela comme un défi. Je repense, de quelle manière pourrais-je accomplir mes rêves tout en n’ajoutant pas à ma semaine de travail? J’ai réussi à y arriver en me concentrant davantage dans des moments de productivité et en laissant de côté des activités qui m’importent peu.

Selon la loi de Parkinson, traitée aussi dans le livre La semaine de 4 heures de Tim Ferris, on utilise tout le temps qu’on s’alloue à une tâche. Donc si je me consacre seulement à mes enfants pendant la semaine, je n’aurais pas de temps pour écrire – ou combler tout autre besoin. Il me faut des périodes délimitées, d’une heure, où je ferme la porte au moins au figuratif, et j’écris. Les enfants comprennent aussi cette loi – les nouveaux parents sont nombreux à se chercher seulement quelques minutes pour courir ou se mettre présentable! Mais nos besoins sont aussi importants. Pour trouver ce temps magique, j’ai coupé dans mes heures d’écoute de la berceuse des temps modernes, la télévision. Pendant que mes gars dorment à points fermés, j’écris au moins 1 heure, 6 fois par semaine. Quand ils sont occupés, je lis, recherche, corrige et je communique sur les médias sociaux – ou je relaxe! J’ai deux carrières qui me comblent en alternatif, et parallèle par moments. Je refuse le mot impossible, et je crois à mes rêves. Le dimanche, c’est la journée pacha bien méritée. Je prends congé pour l’écriture et le sport, c’est un temps de ressourcement et de réflexion sur la dernière semaine – ce qui a marché, et ce qui a moins bien été, pour réadapter mon design de vie.

Pour utiliser au mieux notre temps, il y aussi le fameux principe de Pareto, la loi économique 80/20, où 80% de nos résultats proviennent de 20% de nos activités. Quelles sont les activités qui vous reviennent le mieux en capital et satisfaction? Il faut investir dans celles-ci, et améliorer les autres, ou les laisser tomber si l’on veut.

Einstein a mis célèbre que le temps est relatif :

« Une heure assis à côté d’une jolie femme semble durer une minute. Une minute assis sur un four brûlant semble durer une heure. C’est ça la relativité. »

La théorie de la relativité rejoint le principe du bonheur de vivre dans le « flux», qui nous rendrait plus heureux. J’observe que mes passions ralentissent le temps et me rendent fervente. J’accomplis davantage en me concentrant à faire ce que j’aime. Écrire pendant une heure me semble passer en quelques minutes, intenses. Je suis dans le moment – je n’ai pas conscience ni du passé ni du futur – il n’y a que cette joie, ici et maintenant. Je suis positive, mais aussi réaliste; il y a la possibilité que tout ce que nous faisons est vain – peut-être qu’il y aura une impulsion électronique demain et ce livre sera perdu. Gandhi disait que tous ce que nous faisons est futile mais que nous nous devons de le faire malgré tout. Aussi bien aimer ce que l’on fait de notre temps, et d’en profiter.

Et il y a surtout que nous vivons dans un univers temporel, dont le temps apparaît limité, et la possibilité que ce que nous faisons vaut la peine et aura un impact génial. Aussi bien mettre nos temps à ce qui vaut la peine. Un jour, dans 100 ans j’espère, quand je serai une arrière grand-mère encore énergique, je veux regarder ma vie et être fière de ce que j’en ai fait. Je me dis, arrête de perdre ton temps. Focus. Et trippe. C’est possible maintenant.

C’est presque qu’épeurant, toutes les possibilités qu’on peut faire, et le temps qui s’écoule pour celles qu’on n’a pas encore faites – est-ce que je vais être à la hauteur? À suivre mon cœur, les synchronicités, et laisser de côté mon égo pour ne pas viser la gloire mais à aider autrui, sûrement.

En ce qui concerne les autres types de capitaux, il y a peu qui soit vraiment nécessaire pour commencer. Chris Guillebeau, dans son livre The $100 Startup démontre que notre capital pour vivre d’une carrière sur mesure peut être très minime. Je crois que notre travail, ou notre engagement à travailler, est la base de notre capital, tel que l’observait Karl Marx; si on s’assure d’en garder les gains, on pourra le faire fructifier en capital.

Pour être le plus productif possible nous pouvons utiliser notre capital sous forme de levier, pour en faire plus avec moins. Par exemple, ce que j’écris est à la fois publié sous forme d’articles sur mon site, pour plaire à mes lecteurs et faire connaître mon œuvre, ce qui me permet de faire 2 coups avec un bloc d’écriture. J’écris à la fois des livres et un blog sans surcharger mon horaire. Sans compter que le matériel est ensuite traduit en anglais, avec mon ami Google Translate, traduction que je peaufine – et v’là un livre anglophone et un blog anglais en peu de temps supplémentaire. Ce n’est qu’une partie du travail que je peux avoir avec le capital-travail que je crée; je peux m’en servir pour des articles de magazine, créer un cours à distance ou bien faire des conférences. On peut aussi faire plus avec moins pour une multitude de tâches, comme répondre à un email par un message audio inséré dans le courriel, car parler est en général plus rapide qu’écrire.

Tim Ferris a aussi rendu célèbre la notion d’assistant virtuel, ou personnel. Plusieurs travailleurs à travers le monde seraient heureux d’être bien rémunérés pour faire des tâches que nous n’aimons pas ou bien les faire plus efficacement. J’ai de la difficulté à croire qu’on puisse aimer faire le ménage à temps plein, mais la réalité me prouve le contraire : il y a des sites où on se lance des défis ménage comme « Allons nettoyer la salle de bain en 15 minutes… C’est parti! » On peut aussi engager des consultants ou des travailleurs autonomes pour des tâches spécifiques.

En fait, en matière d’innovation de productivité et de ressources, pour faire plus avec un minimum de capitaux, seul notre imagination nous bloquerait. Avec les possibilités du monde d’aujourd’hui, dans un univers où l’on a facilement accès à la technologie, un réseau, des logiciels dépassant ce que l’on croyait possible il y a à peine 50 ans, et plusieurs milliards de personnes qui peuvent s’entraider, on serait fou de ne pas les répertorier et prendre ce qui facilite le travail et nous assure du succès.

À suivre…

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Nécessaire de design de vie (partie 2 de 4)

  1. Pingback: Nécessaire de design de vie (partie 3 de 4) - Design de vie | Design de vie

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s