Citations design de vie, Design de vie, Techniques de design de vie

Se libérer de son passé!

se libérer de son passé, design de vie, vie de rêve

Une parenthèse pour se libérer de son passé

Qu’allez-vous faire de ce que l’on a fait de vous ?

-Jean-Paul Sartre

Il était une fois, une petite fille au grand cœur, mais qui allait à contre courant. Faisant de son mieux pour être gentille malgré le défi de grandir dans sa société, elle était une proie facile pour des jeunes au cœur sombre, qui s’en prenaient à elle pour des choses aussi futiles que des cheveux bouclés, ou des personnes en charge peu attentionnées. D’autant plus qu’elle suivait son propre rythme de tambour, elle voulait être libre d’être elle-même et elle se méfiait de ceux qui voulaient avoir une autorité sur sa vie. Rien pour gagner des concours de popularité.

On lui reprochait souvent de ne pas se conformer, on ne s’intéressait pas à elle, ou on voulait lui faire croire qu’elle valait moins que les autres. Elle connue plusieurs épisodes de violence plus ou moins cachées. C’était une blessure à chaque fois, mais la petite fille tenait bon. « Je ne sais pas encore pour quoi je suis vraiment douée, ni encore qui je suis vraiment, mais je vais tenir mon bout. Je refuse de me conformer sans bonnes raisons, de faire ce qui est mal, parce que je perdrais la seule chose que je possède : mon intégrité, ou moi-même. » Elle avait encore plus à se battre dans la vie que la majorité de ses camarades, mais au lieu que ce soit un cadeau empoisonné, elle entreprit d’en faire une rédemption, pardonner et sortir plus forte.

Plusieurs obstacles sont encore sur son chemin, comme des problèmes de santé et des événements difficiles comme perdre un enfant. Mais les connaissances sur le bien-être humain et l’amour rend sa vie plus douce et accélère la guérison. Au fil du temps, elle trouve ce pour quoi elle est douée, ce qu’elle aime et elle se réalise, encore plus forte de son passé – le prix à payer pour sa liberté et son authenticité a valu la peine; elle n’est pas prise dans une vie qu’elle n’aime pas et elle peut aller au bout de son potentiel, non retenue par les normes sociales. Elle vécut heureuse, et eût beaucoup de moments de joie qui n’auraient pas été possibles si elle n’avait pas tenu son bout.

Mon passé fut la chrysalide qui me permit de me transformer, réaliser mon potentiel pour prendre mon envol vers mes rêves, au lieu de rester prisonnière de la norme d’être prise dans une routine détestée.

Telle la fable du vilain petit canard de Hans Christian Anderson, à propos d’un petit oiseau hors du commun qui se fait harceler et ne comprend pas ce qu’il est, mais qui devient finalement un cygne majestueux, on ne peut changer ce qu’on est, mais on peut persister, s’affirmer, et devenir un être fantastique. Cependant, on peut avoir internalisé les blessures du passé. Et trainé ce boulet avec nous jour après jour, ce qui nous empêche d’être notre soi sensationnel.

La résilience est un concept qui se voit chez les enfants qui ont connus des difficultés, ou encore chez les chiens qui étaient non équilibrés. C’est une capacité étonnante de rebondir et reprendre une vie normale, en étant parfois plus fort. Cesar Millan, l’homme qui murmure aux chiens, dit qu’il est plus facile de réadapter un chien qu’un humain, car le chien vit au présent et ne s’attache pas au passé. Il peut en peu de temps redevenir épanouit si l’on comble tous ses besoins. Il peut en être de même pour nous.

D’abord, quand on est une âme plutôt gentille, on a tendance à se faire écraser car l’instinct animal persiste chez les humains, et certains s’en donnent à cœur joie. Est-ce que nous devons nous en venger? Nous devrions rester fort à la Gandhi, mais non se venger, car dans l’histoire, ce sont les malfaiteurs qui font pitié. Ils ont une croix encore plus lourde à porter. En fait, les pardonner (sans nécessairement oublier) leur donne une chance de moins être malheureux, car on internalise ce qu’on fait de mal même si on en donne une autre impression, ou qu’on tente de le cacher. Comme le dit la Règle d’or: « Faites aux autres comme vous aimeriez qu’il vous soit fait. »

Comment laisser aller son passé pour aller de l’avant dans son design de vie de rêve? D’abord en le réalisant, en l’analysant (une thérapie peut aider), en changeant de cadre de vie (comme déménager, ou rompre des relations nuisibles), en pardonnant, et en corrigeant la réalité (par exemple, non, je ne suis pas une petite fille qui ne sert à rien, mais une belle femme épanouie) à chaque occasion qu’un doute s’immisce dans notre tête. Georges St-Pierre, un champion à multiples reprises reconnu comme un des meilleurs combattants en arts martiaux mixtes, a notamment été la proie de bullies et a connu des obstacles. Il s’est rendu compte que cela lui pesait comme une brique. Il a alors pris littéralement une brique comme symbole de ses soucis, et pour s’en débarrasser, l’a lancée dans un cours d’eau. Combien d’énergie donnons-nous à nos démons qui pourrait être utilisée pour accomplir nos rêves? Il est temps de se débarrasser de cette habitude néfaste de s’accrocher à notre passé.

Apprendre de sa situation nous fait ressortir meilleur – comme selon le dicton, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Je sens qu’on est plus gentil, car on sait les effets que le mal a (si le karma existe, que le bien ou le mal qu’on fait nous reviens, c’est aussi bien comme ça!) Je suis plus respectueuse des gens, qu’ils se présentent de n’importe quelle forme et apparence;  j’essaie de voir la pépite d’or dans le cœur de chacun. On sait qui on est, et on se tient debout malgré tout. On est plus déterminé; non pas une victime, mais un survivant au cœur tendre, et même un gagnant. La gentillesse n’est pas une faiblesse, mais une habileté apprise et une marque de grandeur d’âme.

Nous pardonner aide aussi à la rédemption, c’est un poids de moins sur nos épaules. Je crois d’ailleurs que mon mal aux épaules, qui s’en va peu à peu, a été accentué pendant des années pour avoir retenu un fardeau trop longtemps. Pardonner, ou se faire pardonner, peut-être fait sur le champ, ou bien pour être plus effectifs, directement auprès des gens concernés. Par exemple, j’ai décidé par le passé de pardonner tout ce qui m’a été fait. L’effet de bien-être est immédiat, même s’il faut se rappeler souvent de ne pas retomber dans l’ancienne habitude de rester avec du ressentiment (on dit d’ailleurs qu’avaler du poison – le ressentiment – pour punir autrui n’est pas la solution). Pour celui que j’ai fait, j’ai utilisé Facebook pour retrouver d’anciens amis et leur envoyer un message de pardon.

Laisser aller son passé nous garde dans le présent pour être l’être humain de valeur que l’on souhaite. On ne choisit pas les conditions dans lesquelles on nait, mais avec le design de vie, on peut être notre meilleur soi, et choisir de donner une belle fin à son histoire.

 

Exercices

–         Qui n’avez-vous pas pardonné? Pardonnez-les maintenant, à cet instant, et ne reveniez plus à votre ressentiment. Poof (disons)! On se sent mieux, n’est-ce pas?

–         Qui avez-vous vraiment blessé? Pensez à leur dire que vous tenez à eux, et demandez à être pardonner.

–         Choisissez de laisser aller votre passé et d’avoir confiance au style de vie que vous choisissez. Soyez votre être fantastique une fois pour toutes, prenez le contrôle de votre histoire, et espérons-le, vivez heureux pour toujours!

 

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s